Infos pratiques

Exposition du 30 mars
au 22 juin 2013

Site internet

grout-mazeas.com

Sylvain Grout Yann Mazéas

Avec cette production, Grout/Mazéas jouent, une fois encore, avec les principes du cinéma. Spécialistes du sabotage de concepts, ils installent le désordre avec une précision jubilatoire et fabriquent des projets à hauts risques.

Le cinéma, perçu comme élément fondateur de leurs recherches, les fait s’interroger sur l’élaboration proche de la série B. Non seulement, dans ce qu’il contient, mais aussi, dans ce qui le contraint soit sa dépendance à une économie réduite. Ce genre cinématographique, si souvent désigné de manière péjorative devient une matière filmique vive et énergique délestée de règles imposées. Grout/Mazéas s’appliquent, en utilisant ces principes, à servir un propos qui cherche à déconstruire les propres modes opératoires de ce cinéma. Les structures, modules et décors, proposent ainsi des mises en scène d’espaces restituant des images nées d’une combinaison de thématiques de ce cinéma dit populaire.

Ici, ils présentent plusieurs éléments de décors et un film. Ce récit filmique s’appuie sur l’aventure du personnage de Buster Keaton dans Seven chances (1925) poursuivi par un énorme rocher. Ici même, Grout/Mazéas s’intéressent à l’effet dramaturgique de l’anecdote. Les espaces scéniques présentés dans la chapelle, sont vus comme des sculptures et le film est une mise-en-abîme d’une aventure montrant la destruction et l’incapacité des acteurs à interagir sur la narration.

L’ensemble de ces pièces met en scène des décors factices, structures d’un vide souhaité et choisi du scénario.

La boucle qui s’opère dans le film n’est qu’un récit désamorcé.