+ d'infos

Exposition
20.09.2018 — 15.12.2018

Vernissage
jeudi 20 septembre
à 19h

Dossier de presse

Horaires d’ouverture
pendant le festival (21.09.2018 — 21.10.2018)
du mercredi au samedi
de 12h à 19h
les jeudis de 10h à 19h

hors festival (24.10.2018 — 15.12.2018)
du mercredi au samedi de 14h à 18h
les jeudis de 10h à 13h et de 14h à 18h

Fermé les jours fériés.
Entrée libre et gratuite.

Commissaires
Marc Bembekoff, Garance Chabert et Valérie Mazouin

Exposition co-produite avec le festival Le Printemps de septembre — à Toulouse et présentée dans le cadre de son édition Fracas et Frêles Bruits (21.09.2018 – 28.10.2018).

Latifa Echakhch est représentée par les galeries kamel mennour Paris/Londres, Kaufmann Repetto Milan, Eva Presenhuber Zürich et Dvir Tel Aviv.

En ce moment ailleurs
LATIFA ECHAKHCH, PIER PAOLO CALZOLARI, DOUGLAS GORDON, JANNIS KOUNELLIS, ALICJA KWADE, CLAUDE LÉVÊQUE
galerie kamel mennour,
6 rue du Pont de Lodi,
75006 Paris
06.09.2018 — 06.10.2018

Latifa Echakhch

Au centre d’art contemporain Chapelle Saint-Jacques, l’artiste Latifa Echakhch est invitée à investir l’espace. L’œuvre qu’elle présente est spécialement pensée et produite par rapport à l’architecture particulière et le passé spirituel de l’édifice. Latifa Echakhch développe depuis une quinzaine d’années une pratique installative, picturale et sculpturale faisant écho de manière allégorique à une perception du monde teintée de mélancolie. Son œuvre travaille la tension symbolique et formelle d’objets et de matériaux choisis pour leur potentiel d’évocation politique et poétique.

Les œuvres de Latifa Echakhch se donnent à voir dans une temporalité de « l’après-coup », où les éléments exposés témoignent des gestes vigoureux de l’artiste à leur encontre. Choisissant des matériaux et des objets fortement investis d’une charge intime ou historique (effets personnels, matériel révolutionnaire, objets domestiques, accessoires de spectacles…), elle les prive de leur usage par des actes plus ou moins violents de destruction, de recouvrement, d’effacement. Des tapis évidés exhibent leur contours squelettiques (Frames, 2000-2010), des feuilles de papier carbone dégoulinent d’encre après avoir été aspergées d’alcool (A chaque stencil une révolution, 2007), des mâts privés de leurs drapeaux s’entremêlent dans une haie sauvage et muette (Fantasia, 2011).

Le travail de Latifa Echakhch a été présenté tant dans des institutions d’art contemporain européennes (MAC Lyon, Centre Pompidou, Tate Modern, Kunsthaus Zurich, etc.) comme internationales (PS1, Hammer Museum, SwissInstitute NY), ainsi que lors de nombreuses biennales (Venise en 2011 et Istanbul en 2017).
Elle a reçu le Prix Marcel Duchamp en 2013 et le Zurich Art Prize en 2015.

Latifa Echakhch, née en 1974 au Maroc, vit et travaille en Suisse.