Informations résidence

Projet réalisé dans le cadre d’une résidence de Territoire au centre d’art contemporain Chapelle Saint- Jacques,
dispositif  » Politique de la ville  » de Saint-Gaudens, 2018.

 

Yo-Yo Gonthier est né en 1974 à Niamey, Niger.
Il vit et travaille à Carbonne (31).
www.yoyogonthier.com

Il est représenté par la galerie Cécile Fakhoury (Abidjan — Côte d’Ivoire)
www.cecilefakhoury.com

 

Appel à participation

Participez :

1 – En venant raconter une histoire de fantômes à Yo-Yo Gonthier.
Il suffit de prendre RDV avec lui directement par téléphone ou par mail, ou en vous adressant à la Chapelle Saint-Jacques centre d’art contemporain.

2 – En participant au film Ghost Park, en tant qu’acteur, figurant ou skateur (le skate park de St Gaudens sera un lieu de tournage).

3 – En participant aux ateliers de pratiques artistiques avec l’artiste
– argile, os, bois, latex, eau, céramique ou porcelaine ;
– création sonore, vocale et/ou musicale.

N’hésitez pas, faites-vous connaître !

Contacts :
Yo-Yo Gonthier 06 88 75 77 24 / yoyo.gonthier@free.fr
Véronique Fauvet-Lamonerie 07 88 53 40 75 / chapelle-st-jacques@wanadoo.fr

Voir
Exposition à la médiathèque de la Communauté de Communes Cœur et Coteaux du Comminges du 09.03.2018 au 28.04.2018

Yo-Yo Gonthier

Ghost Park

À cet endroit le son vibre, l’air file sur la peau. Quelquefois on les voit basculer mais ils se relèvent abhorrant l‘ immuable. Tenaces, ils ne veulent pas suivre ce qui est déjà écrit. Les corps s’effacent puis reviennent se frôlent. La présence de l’autre définit le contrôle, seuls sur leurs planches, vivants parmi les vivants, ils s’élèvent et se plient, repartent à bout de souffle. Sans limites, leurs apparitions signent la présence d’un envol à saisir. Le champ des possibles est sans frontière. Le déplacement oublie l’obstacle et du perpétuel fait sa devise. De l’effacement à la révolution, genoux pliés, regards fixes, ils visent le point défini par la trajectoire. Le souffle rythme les désirs avec cette pleine conscience des infinis. Pour eux, l’éclaircie n’est pas une hypothèse, les impulsions défient la disparition. L’oeuvre est le geste. Bienvenue à Ghost Park.

« Le skate aiguise l’oeil de manière différente », analyse Fred Mortagne (réalisateur, photographe), « à force de regarder la ville pour rechercher des spots, on en découvre d’autres facettes. Cette pratique force à la créativité ». « Dans des oeuvres qui n’ont plus rien à voir avec le skate, nous gardons inconsciemment une attirance pour les thèmes de l’équilibre précaire, de la tension, de la chute », complète Léonard Vernhet (styliste, vidéaste). Avec Ghost Park, Yo-Yo Gonthier artiste plasticien et skater, souhaite créer une synergie entre le centre d’art, la ville, ses espaces publics. Enjeu à la fois sportif et artistique, avec ce nouveau projet Politique de la ville nous voulons avoir une attention toute particulière aux humanités.

 

Only braves know